"Mordred", de Justine Niogret

Quelqu'un de bien intentionné m'a prêté Mordred, de Justine Niogret, que je ne connaissais pas. J'avais prévenu que je pouvais mettre longtemps à lui rendre le roman, vu que je suis en train de lire attentivement un pavé de 800 pages que je trouve intelligent et dont je ne veux pas bâcler la lecture, vu que j'ai peu de temps pour lire et que du coup, je ne veux pas me disperser*... Résultat : avant-hier, j'ai pris Mordred pour le feuilleter, lire le début, un peu le milieu, histoire de voir à quoi j'avais affaire. Donc j'ai éteint ma lampe de chevet au milieu de la nuit, une fois le livre terminé. Et au matin, je l'ai ajouté sur ma liste des « livres à posséder ».

 

Justine Niogret nous raconte ici l'histoire de Mordred, chevalier, fils de Morgause, sœur du roi Arthur. Mordred souffre. Il souffre atrocement, des suites d'une mauvaise blessure attrapée au combat. Il cauchemarde ou rêve, se réveille aussi pour reprendre pied comme il peut dans la réalité. Je n'ai pas envie d'en dire plus sur le propos, j'aurais peur de vous gâcher le plaisir. 

Sinon, il y a le style de Justine Niogret, qui se goûte comme on goûte un plat inconnu et délicieux : c'est plein de trucs qu'on sait pas comment ça s'appelle, ça pique un peu, mais c'est quand même sucré, c'est poétique et rude à la fois, ça râpe l'imaginaire, c'est foutrement bien écrit.

 

 

Je vous mets le lien vers son site et une interview d'elle (ou en plus, elle est drôle). 

 

 

* Oui, parce que j'ai des habitudes assez anarchiques pour la lecture, par exemple, je peux lire un livre trop vite, exprès, pour me conserver le plaisir de la découverte à la relecture... Oui, parfois, je lis un livre en sachant d'emblée que je vais le relire. Alors je saute même des pages, un peu comme on se garde une part de tarte pour le lendemain. 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Marie-Aurélia (dimanche, 24 novembre 2013 19:53)

    j'ai mis 5 jours à lire 450 pages de "Docteur Sleep", 5 jours à lire les 50 les avant dernières pages, peut être un mois à lire les 50 dernières... je n'y arrive pas... comme si c'était le livre sans fin, plus on s'approche de la fin, plus les pages deviennent longues à lire; et que j'allais passer mes 5 dernières années de ma vie à lire la dernière phrase.
    je lirai bien mordred sinon, merci pour vos conseils

  • #2

    Le Romancer Frédérique (lundi, 25 novembre 2013 09:38)

    Ben c'est étrange, ce phénomène du chewing-gum... Et on peut se tutoyer, je suis toute seule, aux commandes ;)