C'est avec joie que je peux enfin vous annoncer que ce roman paraîtra chez Denoël en avril 2018. J'ai hâte et peur.

 

Voilà ce qui vous attend :

 

3 bis, rue Riquet, Toulouse, un immeuble banal. Enfin pas tout à fait : Cécile, au rez-de-chaussée, traductrice agoraphobe, ne quitte jamais son appartement. Elle surveille les allées et venues de ses voisins par le judas de sa porte et s’invente des vies rocambolesques.
Au premier, Lucie aime sortir et boire dans les bars en espérant le grand amour, via Internet.
En face, Madeleine, la comtesse Mado des trottoirs, a connu ses heures de gloire dans le quartier. L’âge venu, il ne lui reste plus guère de clients et les fins de mois sont difficiles.
Seul homme de l’immeuble, Marc est un quadragénaire arriviste qui a spéculé en achetant le dernier étage. La présence d’une prostituée qui travaille à domicile dérange ses plans, il aimerait bien s’en débarrasser.
Mais la comtesse Mado a du répondant, et la crudité de son langage cloue le bec du jeune cadre sans scrupule. Pourtant, la vieillesse est cruelle, et le métier exige d’avoir les idées claires. Alors Mado bat le rappel de ses amies tapineuses et de ses voisines. C’est le combat de la dernière chance, elle le gagnera!

 

 

J'ai mis quatre longues années pour écrire ce livre (j'ai aussi fait d'autres trucs pendant tout ce temps, rassurez-vous, il ne fait pas 9 856 pages). Je ne regrette aucune des minutes passées sur mon clavier ou à raturer férocement des passages entiers en trouvant tout à chier, avec l'envie d'arrêter tout pour élever des chèvres dans le Bas-Poitou. Mais j'aime trop les chèvres et trop écrire. Maintenant, il est à vous.